jeudi 24 novembre 2011

M'affaler dans le canapé et griller une cigarette, la tête sur son ventre et les pieds en l'air, et regarder un navet

En ce moment, je suis over méga addict aux pépitos/pontépiscopiens. Ces gâteaux fourrés aux billes de chocolat, avec une sorte de crème patissière au milieu, le tout enrobé d'une pâte simplement délicieuse. J'en mange le matin en arrivant au boulot, j'en mange au goûter ou au dessert les jours où je ne vais pas travailler.

En ce moment, je me lève le matin exténuée. Avec cette impression de n'avoir pas dormi assez. Peut-être deux heures ou trois tout au plus. Et je crie, il crie, nous crions. Nous avons quelques difficultés à nous faire respecter par notre aîné. Lui qui comprend comme il le peut que dans une quinzaine de jours, nous changeons de maison. Lui qui mouille à nouveau ses pantalons. Lui qui parfois ne parle qu'en langage "bébé", avec quelques sons et onomatopées. Lui qui adore faire "le rock'n roll", lui qui sait pertinemment utiliser les "assez", "alors", "se tourner le dos", "être face à face", "pourquoi, pourquoi maman", les "immense", "vachement bon", "c'est toute ma faute"...Alors forcèment, en ce moment, je pleure un peu. Je pleure après les fessées que je lui donne tout au long de la journée, je pleure à cause du bazarre dans ma tête, à cause de Madame Culpabilité.

En ce moment il y a aussi la visite des premières vraies maladies. Celles qui piquent la gorge et poussent le corps à des températures tropicales. Il y a eu Octave puis Marceau, une nuit dans nos draps chauds, une nuit dans notre lit...J'ai adoré ça. J'ai adoré Marceau, de dos, au réveil, dans son pyjama au tissu d'écolier. J'ai adoré Marceau, qui a exactement le même dos que son grand frère. P'tit corps craché.

En ce moment, il y a moi, qui continue les allers-retours, qui trie, qui range, qui compile et regroupe. Il y a moi qui me construit des souvenirs à une allure supersonique. Qui récupère le vécu d'ici et qui essaie de l'ajouter à nos cartons déjà bien remplis. Et il y a moi, en ce moment, qui couche mes pensées sur cette page en mangeant un pontépiscopien de l'Epi d'Or, tout juste sorti du four, dans le froid qui arrive enfin...

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 16

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 15

Capture d’écran 2011-11-24 à 16

Capture d’écran 2011-11-24 à 16

Posté par Hope Home à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur M'affaler dans le canapé et griller une cigarette, la tête sur son ventre et les pieds en l'air, et regarder un navet

Nouveau commentaire